2018 : un grand, un très grand millésime !

Pour de nombreux amateurs de vin, chaque printemps s’accompagne du rituel des Bordeaux «en primeurs» qui consiste à présenter et vendre le millésime naissant. Bien que les vins soient inachevés, les consommateurs et le commerce du monde entier se forgent une opinion sur la dernière récolte de Bordeaux.

Il faut une longue expérience pour se faire une vraie opinion ! Il faut savoir tempérer l’enthousiasme des propriétaires et des acteurs bordelais souvent si fiers de leur récolte et prêt à tout pour la valoriser. Je me rends à Bordeaux avec mon équipe depuis maintenant 35 ans et nous avons appris à lire entre les lignes.

2018 est un millésime époustouflant qui a produit des bordeaux hors-norme. N’allez pas croire que nous sommes comme un disque rayé qui se répète inlassablement. C’est vrai que ces 5 dernières années ont produits des vins merveilleux à Bordeaux, en particulier en 2015 et 2016. Nous ne discutons pas non plus de savoir si c’est le changement climatique. Un fait est là: pour bien des propriétés à Bordeaux, 2018 est à l’apogée de la qualité et leur a donné des réussites époustouflantes.

A quel millésime ressemble le 2018 ?

Il a le charme et l’accessibilité immédiate des 2009. Le cabernet sauvignon est proche de ce qui a été récolté en 2010, le merlot plutôt comme en 2016… Bien entendu, 2018 à sa personnalité unique avec des réussites vraiment spectaculaires.

Le niveau des notes de tous les journalistes et dégustateurs est élevé, bien plus élevé que la moyenne. Les commentaires particulièrement élogieux. C’est la marque d’un très grand millésime.

Le climat et les vendanges 2018

De la floraison aux vendanges 2018, le cycle végétatif ressemble à celui de 2016. Le départ a été difficile. La saison a commencé humide, très humide. Un débourrement tardif, des fortes pluies et une très forte pression en juin du mildiou.

« La pression était incroyable. Il fallait être dans sa vigne tous les jours. Si tu partais le vendredi et revenais le lundi, tu étais en retard.» me confiait un propriétaire.

La pluie a laissé un sursis à la vigne juste pendant la floraison. C’est un vrai miracle !

Et puis, à partir du 17 juillet, l’été est devenu sec, La chaleur et la sécheresse ont été très favorable, avec ces sous-sols qui regorgeaient d’eau. Juillet, août et septembre ont été nettement plus chauds que la moyenne. Ces conditions idéales se sont prolongées jusqu’aux vendanges et il n’y a pas eu de blocage de maturité malgré cette sécheresse. «C'était un été chaud et ensoleillé, donc la puissance du fruit est là.» selon Laurent Dufau, directeur à Calon Ségur «…avec l’eau engrangée par le sol au printemps, la vigne a pu mûrir lentement et régulièrement, sans blocage. C'est un millésime ensoleillé et frais.» Ces bonnes conditions ont permis une maturation longue et lente. Il y a eu 125 à 128 jours entre la floraison et la récolte. Un record !

Les vendanges se sont déroulées de manière idéale et sans stress. Elles se sont étalées sur plusieurs semaines. Tous les grands cépages sont arrivés sains et à pleine maturité aux vendanges. Les grappes contenaient de très petites baies et des peaux très épaisses avec des pépins parfaitement mûrs. Il n’y avait donc aucun risque de tanins astringents. «La fin en 18 était la meilleure partie. Vous pouviez faire ce que vous voulez - choisir le 10 septembre, le 20 septembre ou le 30 septembre», m’a confié le régisseur d’un grand cru de Saint-Emilion. «Tu pouvais faire un style frais ou un grand style classique…»

Le style des vins

Comme déjà évoqué, la moyenne des notes de dégustations est élevée, très élevée. Mais attention, tout n’est pas excellent et il y a plus d’hétérogénéité qu’en 2009 ou 2010.

Le style des vins peut se résumer ainsi: beaucoup de fruit, beaucoup de puissance, beaucoup de densité. Les tanins sont soyeux, veloutés, caressants. On parle d’une texture «cachemire» et aussi d’une énorme complexité aromatique faite de beaucoup de nuances florales et minérales. J’ai eu la chance de déguster quelques vins qui seront dans la légende. Parmi les meilleurs vins déjà dégustés dans ma vie.

Les 2018 se conserveront très longtemps, leur concentration en polyphénols est incroyable. Délicieux déjà en primeurs ! (je n’ai jamais eu autant de vins incrachables). Ils feront plaisir dans leur jeunesse et seront aussi des vins de longue garde.

Les degrés d’alcool sont plus élevés que l’année passée avec généralement un point de plus.

«C'est une année de folie», dit Thunvein de Château Valandraud. «Mais en fin de compte, nous avons de la richesse avec de la tension et de la fraîcheur. On pouvait choisir quand on voulait, pour n'importe quel style. C'est un peu de 2009 et 2010 et un peu de 2015 et 2016. Je n'ai jamais vu une année aussi folle.»

 

Présentation du millésime 2018

Jean-Marc Quarin est le seul journaliste critique de vin de réputation internationale habitant à Bordeaux. Très respecté à Bordeaux et dans le monde des journalistes spécialisés, le jugement de Jean-Marc Quarin sur un vin, sur un millésime est toujours avisé, pertinent, précis et documenté.

Il déguste le millésime 2018 depuis le mois de janvier et vous donne ci-après ses premières impressions :

www.quarin.com

{

Certificat de propriété

Dès réception de votre paiement nous vous envoyons un certificat de propriété.

Garantie d'importation

Nous vous garantissons l'importation et la livraison directement du château à votre domicile, sans autre intermédiaire.

Annulation sans frais

Vous êtes libre d'annuler votre commande sans justification et sans frais jusqu'à 3 mois suivant votre paiement.

Satisfait ou remboursé

Nous vous remboursons la totalité de la somme versée majorée de 3% si nous sommes empêchés de livrer les vins que vous avez commandés.