Qu’en est-il du millésime 2020 ?

Oui c’est à nouveau un grand millésime !

Après 2018 et 2019, le millésime 2020 fonde une passionnante trilogie de grands millésimes à Bordeaux. Vous trouverez ci-dessous un bref aperçu et en complément un descriptif détaillé.

Bref aperçu du millésime 2020

Le célèbre journaliste américain James Suckling écrit :

«J'ai évalué plus de 600 vins du millésime 2020 à Bordeaux et je suis impressionné par la qualité générale. J'avais entendu dire avant de commencer à goûter des échantillons que le millésime était hétérogène, mais 90 % des vins que j'ai évalués montrent un niveau de qualité exceptionnel, des premiers crus aux petits Châteaux, même des appellations simples comme Bordeaux…».

Le profil du millésime 2020 est celui d’un grand millésime classique. Il est au croisement de 2018 – année solaire de tous les superlatifs en termes de couleur, de tanins, de sucres, d’alcool et d’arômes – et 2019 solaire également mais au ressenti plus frais, plus strict, plus racé.

Bien sûr, chaque millésime à sa signature et son caractère unique. À titre personnel je trouve qu’il a passablement de similitudes avec 2010.

Les vins rouges s’annoncent élégants, d’une grande ampleur aromatique, équilibrés, structurés, savoureux, avec des tanins déjà très soyeux. Ils n‘ont aucun caractère végétal, aucune rusticité ni aucune dilution. Les vins dominés par le merlot sont souvent parmi les meilleurs.

Les vins blancs apparaissent tendres. Équilibrés et savoureux. Les sémillons sont particulièrement réussis, à la fois moelleux et riches en goûts. Ils confèrent profondeur et suavité aux assemblages.

Les degrés d’alcool sont en moyenne inférieurs à 2019.

Globalement, c’est une année de petits rendements. Les volumes disponibles à la vente seront faibles pour de nombreux crus.

Grand millésime, faibles quantités, nous nous attendons à ce que les prix soient soutenus, à peu près au niveau de 2018.

Nous avons demandé à quelques propriétaires de château de nous parler de ce millésime:

Château Calon-Ségur, Saint-Estèphe

Photo portrait de Vincent MilletVincent Millet :

Les températures douces et les précipitations généreuses en hiver ont favorisé le réveil de la vigne précocement inhabituel. Des vagues de chaleur et des contraintes hydriques estivales ont rythmé la maturation des raisins. Elle s’est traduite par une concentration des baies préservant les équilibres de fraîcheur et d’arômes. Avec un état sanitaire exceptionnel, confirmant sa précocité d’une dizaine de jours des millésimes passés, les merlots ont été ramassés du 11 au 18 septembre et l’ensemble des cabernets sauvignon et franc et du petit Verdot entre le 21 et le 30 septembre.

Ce millésime 2020 offre une nouvelle fois une palette aromatique complexe, florale et fruitée. Son tanin est soyeux et élégant avec une trame serrée qui lui confère toutes les propriétés d’une grande garde en bouteille.

Château d’Issan, Margaux

Photo portrait de Emmanuelle CruseEmmanuelle Cruse :

Le millésime 2020 nous a offert des conditions idéales. Le cycle végétatif s’est montré précoce avec une belle saison estivale qui s’est poursuivie jusqu’au mois de septembre. Les premières analyses sont comparables à celles du millésime 2015.

Les vendanges se sont déroulées du 17 septembre au 2 octobre. Les vinifications au cœur du cuvier gravitaire se sont poursuivies pendant 3 semaines respectant l’identité de nos parcelles et l’expression de nos 5 cépages avec à partir de cette année : Cabernet Sauvignon, Merlot, Petit Verdot, Cabernet Franc et Malbec.

Lors de nos premières dégustations ce millésime 2020 montre une grande complexité et exprime toute la « quintessence » de notre terroir de Margaux.

Son élevage en barriques dont 55% sont neuves lui apporte un équilibre précis avec des arômes de fruits gourmands qui dévoilent une explosion de saveurs surlignées par une trame tannique délicate et harmonieuse.

Château d’Issan 2020 s’inscrit dans la lignée des très grands millésimes produits à la propriété.

Un millésime somptueux !

Clos Fourtet, Saint-Émilion

Photo portrait de Nicolas de BaillencourtMatthieu Cuvelier :

Pour ce millésime 2020, notre cépage roi le Merlot a bénéficié, par sa précocité et celle du millésime, de conditions climatiques idéales.

Après un hiver pluvieux, l’arrêt des précipitations et les superbes conditions chaudes estivales sur nos magnifiques sols calcaires favorisent la maturation et un parfait équilibre !

Les nuits fraîches de septembre développeront alors l’expression aromatique des raisins aboutissant à un millésime précis, droit, structuré, fidèle à son terroir.

Un vrai millésime Rive Droite !

Château Gazin, Pomerol

Photo portrait de Nicolas de BaillencourtNicolas de Baillencourt :

Automne 2019 très arrosé (500 mm sur octobre, novembre et décembre 2019) et doux, Hiver avec une pluviométrie normale mais doux. Conséquence : débourrement très précoce (16 mars) Beaucoup de pluie de mars à mi-juin avec des températures plus élevées que la normale. Il en est résulté une forte pression mildiou et des difficultés pour assurer la protection du vignoble contre ce ravageur.

La mi-floraison a été atteinte le 20 mai et s’est déroulée rapidement dans des conditions optimales (pas de pluies du 14 au 23 mai et des températures variant de 10 à 15 °C le matin et de 20 à 30 °C l’après midi) Cela nous a confirmé la grande précocité du millésime.

Les mois de juillet et août ont été chaud et très secs avec quelques vagues de chaleur. La mi-véraison a été atteinte le 20 juillet (aussi précoce que 2011). L’épisode orageux de la mi-août a pu apporter beaucoup d’eau sur certaines appellations (Léognan, Saint Emilion) mais en quantité insuffisante sur Pomerol. Il n’y a cependant pas eu de blocage de maturité et nous avons pu ramasser des raisins avec une belle maturité phénolique début/mi-septembre.

Les vinifications se sont déroulées sans difficulté.

La production du millésime 2020 représente 80.000 bouteilles de grand vin (11.500 bouteilles de second vin). Elle correspond à un rendement de 35hl par hectare soit une diminution de 18% par rapport au millésime 2019. La qualité de ce Château Gazin 2020 devrait se situer entre celles des millésimes 2018 et 2019. Malgré le manque d’eau et les températures élevées des mois de juillet et août, le bon choix des dates de vendange, a permis de produire un vin avec de la fraîcheur et une belle énergie. Ceci malgré des taux d’alcool parfois un peu hauts, offrant dans l’assemblage final un degré alcoolique de 14,5%. Ce millésime présente toutes les caractéristiques et l’onctuosité d’un pomerol complexe et savoureux tout en gardant l’harmonie et la finesse d’un grand vin.

Château Lynch-Bages, Pauillac

Photo portrait de Jean-Charles CazesJean-Charles Cazes :

Le millésime 2020 s’annonçait particulièrement précoce au moment du débourrement et de la floraison, avec environ 15 jours d’avance par rapport aux dates moyennes. Après un hiver et un printemps relativement doux et pluvieux en mai et juin, les premiers signes de véraison sont observés dès le 9 juillet. L’été est chaud et sec. Les conditions sèches, ensoleillées et les amplitudes thermiques permettent une maturation optimale des raisins. Les orages du 15 août permettent aux baies de se concentrer et d’atteindre de très belles constitutions en sucres et polyphénols.

Les vendanges se déroulent parfaitement avec toutes les précautions nécessaires pour les équipes. Au Château Lynch-Bages, les blancs sont récoltés du 29 août au 4 septembre. La récolte des rouges pour les trois propriétés (Lynch-Bages, Haut-Batailley et Ormes de Pez) s’étale du 14 au 29 septembre, soit avec une semaine à dix jours d’avance par rapport à la moyenne. Les vinifications se déroulent dans des conditions optimales. Fin novembre, les premiers assemblages sont réalisés. Les vins sont entonnés et démarrent leur élevage en barriques.

Du fait des conditions climatiques, les Cabernets sont très concentrés avec des baies de petite taille, ce qui explique la qualité du millésime mais également des rendements faibles. A la dégustation, les vins sont mûrs, charnus et surtout très prometteurs.

2020 est aussi une récolte historique pour le Château Lynch-Bages : la première vinifiée dans les nouvelles installations.

Château Malartic-Lagraviere, Pessac-Léognan

Photo portrait de Jean-Jacques BonnieJean-Jacques Bonnie :

Le millésime 2020 est un millésime précoce, à la climatologie exceptionnelle, marquée tant par de fortes chaleurs et périodes de sècheresse que par d’abondantes pluies et gelées. Avec un débourrement précoce, le printemps est plutôt frais et humide. Si mars est marqué par de fortes gelées, avril l’est par des pointes de chaleur. Début mai, très ensoleillé, est suivi de fortes pluies, mais nous laisse à Malartic une belle fenêtre de 10 jours en pleine floraison, qui est rapide et homogène. Après nouaison, les pluies reviennent début juin et accentuent la pression mildiou.

Un changement s’opère à la mi-juin où le temps est sec et beau, parfois caniculaire. La véraison, très précoce, se termine début aout. Après cette phase de sécheresse, les 50 mm de pluie du 11 aout sont salutaires pour le vignoble. Les vendanges, sereines et soutenues, se déroulent sous des températures exceptionnellement chaudes. Elles débutent en blanc le 25 août et se terminent le 24 septembre avec les derniers cabernets.

Le suivi précis du vignoble et le terroir drainant de graves sèches de Malartic nous ont permis de tirer parti des challenges climatiques. En cave, le travail entamé en 2019 avec Eric Boissenot est très abouti : intervention minimale pour une mise en valeur de la pureté du fruit, et grande précision dans le travail des lots après fermentation. Les Malartic 2020 sont marqués par une très belle densité, dont la concentration est balancée par une remarquable fraicheur. C’est un millésime tout en équilibre, aux tannins racés et très élégants.

Les blancs, d’une grande pureté aromatique, se démarquent particulièrement, tant ils sont précis, ciselés, ronds et parfumés. Les rouges, très cabernets, développent une superbe puissance aromatique accompagnée d’une grande fraicheur. Dotée d’une structure soyeuse et élégante, la bouche, longue et dense, est éclatante.

Descriptif détaillé du millésime 2020

Pour la 2e fois consécutive, nous n’avons pas pu nous rendre à Bordeaux et les dégustations officielles ont été annulées.

Nous avons reçu un peu plus de 100 échantillons à déguster chez nous en Suisse. Nous avons participé à des dégustations «en ligne» mais cela ne nous paraît pas suffisant pour donner un avis fondé sur les Châteaux que nous proposons.

Comme l’année passée, nous nous sommes basés sur l’avis des journalistes internationaux qui ont dégustés ces vins. Nous suivons avec une attention particulière les commentaires de Jean-Marc Quarin. C’est le seul journaliste d’envergure internationale qui vit à Bordeaux et qui se rend en permanence dans les propriétés pour déguster. Nous vous invitons à vous abonner à son site www.quarin.com. Nous le connaissons et il bénéficie de notre confiance.

Les conditions climatiques du millésime 2020 à Bordeaux

Pour l’analyse en détail du climat à Bordeaux en 2020, nous nous permettons de citer le rapport des Prof. Laurence Geny et du Prof. Alex Marchal de l’institut des Sciences de la Vigne et du Vin de l’Université de Bordeaux.

«Un avant-goût de printemps en hiver et un début d’été au printemps, pour un débourrement et une floraison précoces. Après un début d’année très doux provoquant un débourrement de la vigne en avance de 2 à 3 semaines sur la normale, le mois d’avril, chaud et arrosé de pluies orageuses, favorisa une croissance rapide des rameaux, confirmant la précocité du millésime comparable à celle de 2011 en début de saison. Avec des températures estivales en mai, la floraison en avance de deux semaines s’est ainsi déroulée à la fin de ce mois, sous un temps sec et chaud, satisfaisant pleinement la première condition d’un grand millésime de rouge à Bordeaux.

Une inversion dans les saisons - l’été en mai et le printemps en juin
Mais après ce mois de mai estival, juin commença sous un climat maussade. Les pluies fréquentes compliquèrent la protection du vignoble et la pression de mildiou s’intensifia, ravivant les souvenirs douloureux de 2018, avec des pertes de récolte parfois significatives. Ces précipitations localement abondantes empêchèrent le début de l’installation de la contrainte hydrique à la nouaison.

Un été exceptionnellement chaud, sec et sans pluie jusque mi-août
A partir de la mi-juin, le temps changea radicalement et une période sèche de près de deux mois s’installa dans le bordelais. Toutefois, cette absence de précipitations ne suffit pas à provoquer de façon généralisée un arrêt de croissance de la vigne à l'approche de la véraison, en raison de la précocité du millésime et de l’eau précédemment accumulée dans les sols. La troisième condition n’est ainsi remplie que de façon très variable, en fonction des terroirs, des cépages et de la situation des parcelles. Début août, la contrainte hydrique s’intensifia et des symptômes de stress commencèrent à apparaître, en particulier sur les jeunes vignes à l’enracinement superficiel. Vers le 10 août, des orages d’intensité variable éclatèrent dans le bordelais, évitant les blocages de fonctionnement physiologique.

Une ambiance plus fraîche après les orages, pour des premières vendanges de blanc sous un temps clément
La récolte des raisins destinés aux vins blancs secs a été particulièrement précoce, lors des dix derniers jours d’août et les premiers de septembre. Bien que l’été chaud ait pu moduler leur potentiel aromatique, les raisins ont préservé un bon niveau d’acidité. Ils sont sucrés, savoureux et parfaitement sains.

Septembre : un mois contrasté faisant passer définitivement le vignoble de l’été à l’automne sans transition, à partir de la dernière décade induisant des conditions idéales de récolte pour les merlots, plus variables pour les cabernet-sauvignons
La première partie de septembre, sèche et ensoleillée, favorisa l’accélération de la maturation et la récolte des merlots commença vers le 10 septembre sous un temps clément ; la quatrième condition était donc satisfaite. À partir de mi-septembre, le temps devint plus contrasté. Si des pluies légères évitèrent le flétrissement des raisins et permirent de parachever la maturation, leurs fréquences commença à inquiéter les viticulteurs. La récolte des cabernets suivit celle des merlots, dans un état sanitaire globalement très satisfaisant. La cinquième condition fut ainsi remplie pour les merlots et les cabernets précoces, tandis que la récolte des cabernets plus tardifs a parfois dû être hâtée en raison de la dégradation météorologique consécutive à la tempête Alex. Début octobre, la plupart des raisins rouges étaient ramassés.

Un développement de Botrytis cinerea retardé par la sécheresse de début septembre, puis une concentration des raisins perturbée par les pluies, pour n’offrir que de courtes fenêtres de récolte des raisins de pourriture noble
Un grand millésime de vins liquoreux nécessite l’alternance de périodes humides, favorisant le développement de Botrytis cinerea, et de périodes sèches permettant la concentration des raisins. Les raisins de 2020 étaient parfaitement mûrs début septembre mais le temps sec retarda l’installation du champignon, qui se généralisa à partir des pluies de mi-septembre. Hélas, la fréquence de ces dernières ne fut pas favorable à l’enrichissement des raisins. L’essentiel de la récolte fut ramassé en quelques jours, à l’occasion d’une fenêtre de beau temps providentielle mi-octobre… »

Les vins rouges

Vive le merlot ! Souvent, les vins les plus réussis sont riches en merlot, ce qui s’explique par la précocité de ce cépage. En effet la plupart des merlots ont été vendangés avant la mi-septembre, début des pluies intermittentes dans le vignoble bordelais. La qualité est homogène et l’excellence est presque toujours au rendez-vous.

Les vins sont solaires avec des structures tanniques magnifiques. Ce sont des beaux vins qui vieilliront très bien. Ils sont élégants, d’une grande ampleur aromatique, équilibrés, structurés, savoureux avec des tanins déjà très soyeux. Ils n‘ont aucun caractère végétal, aucune rusticité ni aucune dilution. Les structures tanniques sont riches grâce à la taille réduite des raisins et à leur peau particulièrement épaisse cette année.

Les grands terroirs associés à des vieilles vignes ont produit en 2020 des vins époustouflants.

Nous complèterons ces impressions dès que tous les vins auront été dégustés à la mi-mai.

Les vins blancs

Ce sont des vins opulent, équilibrés et avec une magnifique fraicheur aromatique. Les sauvignons ont conservé une bonne acidité et les sémillons sont particulièrement réussis, moelleux et riches en goût. Ils confèrent suavité et profondeur aux assemblages. Ces premières impressions seront confirmées dès la mi-mai après les dégustations.

A propos des notes des vins - sources

Les notes des vins citées dans ce site internet proviennent de diverses sources

www.robertparker.com

The Wine Advocate Après 34 ans d’activité, le célèbre avocat journaliste et gourou du vin américain Robert Parker a vendu sa publication. Depuis janvier 2020, Rober Parker’s Wine Advocate appartient au… guide Michelin.

www.jamessuckling.com

Jean-Marc Quarin est Bordelais. Ce critique et journaliste est actuellement un des meilleurs connaisseurs de Bordeaux. Il passe dans les propriétés plusieurs fois par an et s’est distingué ces dernières années par la précision de son vocabulaire et la pertinence de ses analyses.

www.quarin.com

James Suckling est un critique américain de vins et de cigares et ancien rédacteur en chef et chef du Bureau européen de Wine Spectator. Il est aujourd’hui un des acteurs parmi les plus influents dans l’évaluation des vins.

www.winespectator.com

Wine Spectator est un magazine américain spécialisé dans le vin et la culture du vin fondé en 1976.

www.larvf.com

La revue des vins de France est un des magazines les plus importants en France concernant le domaine du vin. Elle a été créée en 1927.

www.weinwisser.org

Weinwisser est la revue dominante en allemand, spécialisée dans le vin, rédigée essentiellement par des journalistes indépendants. Elle est destinée aux professionnels et amateurs éclairés.

www.decanter.com

Decanter est une revue anglaise spécialisée dans le vin, créée en 1975 et qui parait dans 90 pays.

www.yvesbeck.wine

Ce dégustateur suisse s’est rendu à Bordeaux pour déguster plus de 600 vins.

{

Certificat de propriété

Dès réception de votre paiement nous vous envoyons un certificat de propriété.

Garantie d'importation

Nous vous garantissons l'importation et la livraison directement du château à votre domicile, sans autre intermédiaire.

Annulation sans frais

Vous êtes libre d'annuler votre commande sans justification et sans frais jusqu'à 3 mois suivant votre paiement.

Satisfait ou remboursé

Nous vous remboursons la totalité de la somme versée majorée de 3% si nous sommes empêchés de livrer les vins que vous avez commandés.